Retour à l'accueil
Radon
Radon
Radon

Qu’est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz inodore et incolore présent partout dans la croute terrestre et faisant partie des ≪ gaz inertes ≫. Il est un des gaz les plus denses pouvant persister sous des conditions normales et les éléments les plus lourds du tableau périodique ont la fâcheuse habitude d’être radioactifs (voir figure 1).

Par conséquent, l’exposition au radon représente une des principales sources naturelles de radioactivité pour la population générale. On le retrouve même en concentration parfois très élevée dans nos bâtiments sans que l’on en soit conscient…

Figure 1 – Éléments du tableau périodique selon leur radioactivité

Ses propriétés radioactives sont d’ailleurs la source de sa dangerosité pour la sante. Le rayonnement radioactif provient de 3 types de désintégration des éléments du tableau périodique soit rayonnement alpha (α), beta (β) et gamma (γ). Le radon produit du rayonnement alpha, un rayonnement très énergétique mais ayant un faible rayon d’action.

Malheureusement, lorsqu’inhalé, ce gaz vient en contact direct avec les tissus du poumon ou il peut causer des dommages à l’ADN. En conséquence, ce dommage produit des mutations dans la séquence d’ADN et l’accumulation de ces erreurs dans le code génétique des cellules pulmonaires mène éventuellement à l’apparition d’un cancer. Le radon est environ 8x plus dense que l’air et a donc une tendance naturelle à s’accumuler au point le plus bas de l’endroit où il se trouve. Il reste généralement simplement piège dans le sol ou il a été créé mais on le retrouve aussi en concentration importante dans plusieurs mines. Le radon peut également s’infiltrer dans les maisons, notamment si les fondations sont fissurées ou percées. D’ailleurs, ce sont des études ayant porté sur les mineurs et démontrant que le radon est cancérigène même a des taux couramment rencontres dans l’air intérieur des maisons qui ont tiré la sonnette d’alarme à la fin des années 80.

C’est pourquoi il est maintenant recommandé de doser le radon dans les résidences ayant un sous-sol occupé plus de 4 heures par jour par une même personne. Certaines régions sont plus a risque que d’autres de par la concentration d’uranium et de radon dans le sol mais plusieurs autres variables peuvent contribuer à générer une situation problématique (manque de ventilation, pression négative, fissures, fracture de la roche dans le sol, etc.). Le seul moyen de savoir s’il y a du radon dans une habitation est de le mesurer. Pour être suffisamment précise, la mesure doit se faire sur 3 à 12 mois à l’aide de trousses de mesure du radon. Des mesures supérieures à 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3), ou 200 désintégrations par seconde par mètre cube d’air, sont jugées comme problématiques et devraient entrainer la mise en place de mesures de réduction du radon. Ces mesures vont de la réparation de fissures et l’optimisation de la ventilation a l’installation de systèmes de dépressurisation du sol. Ces travaux représentent des frais allant de quelques centaines à quelques milliers de dollars en général.

À PROPOS DE NOTRE EXPERT

Christian Lebeau-Jacob, Microbiologiste

Christian Lebeau-Jacob, Microbiologiste

Directeur et microbiologiste chez LAB’EAU-AIR-SOL depuis plus de sept ans, Christian possède une maîtrise en microbiologie de l’Université de Sherbrooke et un baccalauréat en science de la biologie médicale. Son implication auprès de l’Association des microbiologistes du Québec, à titre de président, ainsi plusieurs autres groupes d’experts font de lui un professionnel reconnu et à l’affût des avancées dans son domaine. Il est spécialisé en bactériologie, identification de moisissure et amiante ainsi qu’en détection de légionnelle.